LA POSTE

La Poste récolte au premier semestre 2020 les fruits de sa stratégie résolue de diversification :

  • Réalisation de l’opération de rapprochement entre La Poste et la Caisse des Dépôts et La Banque Postale et CNP Assurances 
  • Renforcement des activités de GeoPost en Italie avec l’acquisition

de BRT, leader de l’express, et en Europe de l’Est et Asie 

  • Consolidation dans le digital et les services de santé à domicile

Ceci lui permet d’afficher un résultat net part du groupe de 2,3 Mds€ avec les effets positifs liés à l’intégration et à la première comptabilisation des titres CNP Assurances (3,6 Mds€)

Hors effet de première comptabilisation des titres CNP Assurances, le résultat net part du groupe aurait été de -1,2 Md€, ceci comprenant les effets lourdement négatifs de la crise sanitaire mondiale évalués à 2,2 Mds€

Performance du Groupe

  • Chiffre d’affaires[1] : 14,5 Mds€, en progression de 13,3% et en baisse de -1,1% à périmètre et change constants
  • Résultat d’exploitation[2] : 2,6 Mds€ vs 572 M€ au S1 2019, dont
    • + 3,0 Mds€ d’effet de première comptabilisation[3] des titres CNP Assurances,
    • -2,0 Md€ d’impact Covid
  • Résultat net part du Groupe : 2,3 Mds€ vs 474 M€ au S1 2019, dont
    • + 3,6 Mds€ d’effet de première comptabilisation1 des titres CNP Assurances,
    • -2,2 Mds€ d’impact Covid
  • Free Cash-flow[4] : -659 M€ (vs +132 M€ au 30/06/2019)
  • Dette nette4: 8,5 Mds€ (vs 6,5 Mds€ au 31/12/2019)
  • Ratio dette nette / capitaux propres : 0,48 (vs 0,51 au 31/12/2019)

Le Conseil d’administration de La Poste, réuni ce jour sous la présidence de Philippe Wahl, a arrêté les états financiers consolidés du Groupe pour le premier semestre 2020.

« Le Groupe La Poste a connu un premier semestre 2020 inédit. Nous avons, en janvier, pris le contrôle du leader italien du colis-express BRT. Le 4 mars 2020 s’est concrétisé le rapprochement historique entre La Poste et la Caisse des Dépôts et entre La Banque Postale et CNP Assurances.

Nous avons par ailleurs poursuivi activement notre diversification dans la Silver économie, le digital, la transition énergétique et les services de proximité pour renforcer notre modèle stratégique et économique.

Si le semestre a vu l’aboutissement d’opérations transformantes, la crise sanitaire a généré à partir de la mi-mars l’accélération de la baisse des volumes de courrier entrainant la divergence du service universel postal dont les pertes sévères n’ont pu être compensées par la très forte reprise d’activité du colis en France et à l’international, liée à l’essor du e-commerce dès le mois d’avril. Je veux d’ailleurs rendre hommage aux postières et aux postiers qui par leur engagement et leur mobilisation ont rendu possible la continuité du service public et le lancement d’initiatives utiles aux acteurs économiques comme au plus fragiles d’entre nous[5].

Face à cette situation, nous avons engagé des plans d’action ambitieux pour relancer l’activité commerciale, assortis de plans d’économies afin d’atténuer les impacts de la crise, dont certains sont pérennes, et poursuivre notre transformation.

Enfin, nous poursuivons l’élaboration de notre prochain plan stratégique « La Poste 2030 » qui intègrera les contributions de l’ensemble des parties prenantes en tenant compte du besoin de Poste exprimé pendant le confinement. Avec une attention toute particulière au rôle de La Poste auprès des français dans l’exercice de nos missions de services publics. »

Faits marquants du premier semestre

  • Réalisation le 4 mars 2020 de l’opération de rapprochement entre La Poste et la Caisse des Dépôts et La Banque Postale et CNP Assurances conduisant à la création d’un grand pôle financier public
  • Crise sanitaire majeure ayant fortement affecté les activités de Courrier
  • Poursuite de la stratégie d’expansion géographique et de diversification des activités :

– Dans les services de santé à domicile, avec plusieurs acquisitions dont Nouveal e-santé (77%)

– Dans l’express, avec l’acquisition de BRT (85%) leader du colis en Italie, de Geis Parcel en République Tchèque et Slovaquie et de Lenton (65%) implantée dans 39 pays

– Dans le domaine bancaire, avec l’acquisition des 35% restants dans La Banque Postale Assurances IARD

– Dans le digital, avec la prise de participation majoritaire dans AR24 (lettre recommandée électronique)

  • Signature du 5ème contrat de présence postale territoriale en février 2020
  • Reconnaissance de l’engagement sociétal du Groupe avec l’attribution par Vigeo de la plus haute note jamais attribuée au niveau mondial (75/100)
  • Succès de l’émission obligataire senior d’un montant de 1,8 Md€ réalisée en avril 2020

Informations financières résumées au 30 juin 2020

Incidences de la première comptabilisation des titres CNP Assurances

La réalisation de l’opération de rapprochement entre La Poste et la Caisse des Dépôts, et La Banque Postale et CNP Assurances a été finalisée lors de l’assemblée générale de La Poste, tenue le 4 mars 2020, par voie d’apport par l’Etat et la Caisse des Dépôts à La Poste, puis par celle-ci à La Banque Postale, de leurs participations respectives de 1,1 % et 40,9 % dans CNP Assurances.

Le traitement de l’opération dans les comptes consolidés est régi par la norme IFRS 3 sur les regroupements d’entreprises qui prévoit :

– la valorisation des apports au cours de bourse au jour de l’opération (13,97€)

– la réévaluation/dévaluation de la participation antérieurement détenue en fonction de ce même cours de bourse

– la comptabilisation d’un goodwill/badwill égal à la différence entre la totalité de la participation détenue, soit 62,1%, valorisée au cours de bourse et la quote-part du Groupe dans l’actif net de CNP Assurances évaluée à sa juste valeur au jour de l’opération.

Par ailleurs, les résultats latents de CNP Assurances doivent être reclassés en résultat au moment de la réalisation de l’opération à hauteur de la participation antérieure du Groupe (20,15%).

Au jour de sa réalisation, cette opération a ainsi généré les impacts suivants sur les comptes du premier semestre 2020 :

  1. Augmentation des capitaux propres de 4 027 millions d’euros,
  2. Dépréciation de la valeur des titres précédemment mis en équivalence, soit -1 571 millions d’euros,
  3. Constatation d’un badwill de 4 578 millions d’euros,
    soit un montant global (2+3) de 3 007 millions d’euros constaté en résultat d’exploitation ;
  4. Reclassement en compte de résultat de la quote-part du Groupe dans les résultats latents de CNP Assurances, générant un produit de 594 millions d’euros,
    soit un montant global (2+3+4) de 3 600 millions d’euros constatés en Résultat net part du groupe.

Informations financières résumées au 30 juin 2020

CNP Assurances, qui était intégrée par mise en équivalence (20,15%) jusqu’au 4 mars, est intégrée globalement depuis cette date.

(en millions d’euros) 30/06/2020  30/06/2019  Incidences de l’apport des titres de CNP Assurances  Variation vs n-1
(hors incidence de l’apport des titres CNP Assurances)
 Variation vs n-1
à périmètre et change constants
en m€ en % en m€ en %
Performance opérationnelle  
Chiffre d’affaires 14 495 12 795   +1 699 +13,3% -139 -1,1%
Résultat d’exploitation
(après quote-part du résultat net des sociétés sous contrôle conjoint)
 
2 588 572 3 007 -991 ns -1 661 ns
               
Résultat financier -112 -124   +12 +9,7% +17
Impôt sur le résultat -576 -108   -468 ns -244
Résultat net part du Groupe 2 315 474 3 600 -1 759 ns – 1 896 ns
Structure financière 30/06/2020 31/12/2019            
Dette nette (DN) 8 493 6 462   +2 031 +31,4%    
Capitaux propres
part du Groupe (CP)
 
17 620 12 624 7 034 – 2 038 -16,1%    
DN/CP 48,2% 51,2%      
Ratios clés La Banque Postale  
Ratio CET1(*) 17,3% 12,2%     + 5,1 pts    
Liquidity Coverage Ratio(*) 157% 153%     +4,0 pts    

(*) Définitions présentées dans le paragraphe “indicateurs alternatifs de performance » en annexe du communiqué de presse

Impacts de la crise sanitaire sur l’activité du Groupe

La crise sanitaire a provoqué une chute brutale du volume d’activité à partir du mois de mars pour l’ensemble du Groupe, suivie d’une reprise différentiée selon les branches. Cette crise se traduit par une baisse de chiffre d’affaires du Groupe de l’ordre de 800 millions d’euros. Par ailleurs, l’absence de perspectives immédiates de rattrapage de résultat de l’activité Courrier a conduit à déprécier les actifs du Courrier pour un montant de 863 millions d’euros, impactant encore davantage le résultat d’exploitation du Groupe. Les impacts globaux de la crise de la Covid-19 sont estimés à -2,0 milliards d’euros sur le résultat d’exploitation du Groupe. Une dépréciation additionnelle des impôts différés actifs d’un montant de 269 millions d’euros alourdit les impacts de la pandémie sur le résultat net part du Groupe, estimés à -2,2 milliards d’euros. Le Groupe a engagé des plans d’action pour relancer son activité et réduire ses charges.

Chiffre d’affaires

Le chiffre d’affaires consolidé s’établit à 14 495 millions d’euros, en progression de +13,3% par rapport à fin juin 2019. Après retraitement des effets périmètre s’élevant à +1 862 millions d’euros, portés essentiellement par La Banque Postale (+964 millions d’euros), GeoPost (+804 millions d’euros) et le Numérique (+67 millions d’euros), et des effets change défavorables plus marginaux s’élevant à -24 millions d’euros (dont -13 millions d’euros sur le real brésilien et -6 millions d’euros sur le zloty polonais), l’évolution organique[6] du Groupe à fin juin 2020 est de – 1,1%.

(en millions d’euros) 30/06/2020  
30/06/2019
 
 Variation
Vs n-1 Vs n-1 à périmètre
et change
constants
Services-Courrier-Colis 5 510 6 122 -612 -10,0% -649 -10,6%
GeoPost 5 057 3 730 +1 327 +35,6% +550 +14,9%
La Banque Postale 3 793 2 850 +943 +33,1% -21 -0,7%
Numérique 369 339 +30 +8,9% -37 -11,0%
Autres secteurs et intercos -235 -245 +11 -4,4% +17 -7,1%
CHIFFRE D’AFFAIRES 14 495 12 795 +1 699 +13,3% -139 -1,1%

Le chiffre d’affaires consolidé du premier semestre 2020 est marqué par des évolutions contrastées au niveau des branches.

  • Branche Services-Courrier-Colis

Le chiffre d’affaires de la branche Services-Courrier-Colis s’établit à 5 510 millions d’euros, en repli de -10,0% par rapport à fin juin 2019. Le retraitement des effets périmètre et change positifs (+37 millions d’euros), essentiellement induits par l’intégration d’EDE et la cession de VLC[7] fin 2019, conduit à une variation organique de -10,6% par rapport à fin juin 2019, intégrant les impacts très élevés de la crise sanitaire.

  • Courrier : Le chiffre d’affaires du Courrier est en fort repli de -19,9% par rapport à fin juin 2019, principalement sous l’effet d’un recul des volumes de courrier adressé de -26,0%[8] (soit -950 millions d’euros). Les mesures de confinement ont également fortement pesé sur le courrier international (-56 millions d’euros). Ces baisses sont partiellement compensées par l’augmentation tarifaire du courrier intervenue au 1er janvier 2020 de 4,8% en moyenne (+174 millions d’euros).
  • L’activité Colis (Colissimo) enregistre une progression organique de son chiffre d’affaires de +10,4% à 981 millions d’euros, liée à une forte accélération du e-commerce, en plein essor depuis le mois d’avril, avec une hausse des volumes de colis de 17,6% à 199 millions d’objets distribués.
  • Les filiales enregistrent une croissance organique de 114 millions d’euros (soit +12,5%). En dehors des activités de Mediapost, très affectées par le confinement (-97 millions d’euros), les activités des autres filiales ont progressé. Asendia, qui fournit des solutions logistiques transfrontalières dans le domaine du e-commerce, a vu son chiffre d’affaires, s’établissant à 742 millions d’euros, augmenter de 37,5% (et de 36,4% en organique), soutenu par les excellentes performances depuis le mois de mai de sa filiale e-ShopWorld spécialisée dans la logistique autour du e-commerce. Le chiffre d’affaires de la Poste Silver s’accroît de 5,5% (et de 3,2% en organique), avec un chiffre d’affaires s’élevant à 88 millions d’euros.

Le chiffre d’affaires de GeoPost atteint 5 057 millions d’euros, en forte progression de +35,6%. Après retraitement des effets périmètre (+804 millions d’euros) provenant des acquisitions de BRT, de Lenton et Geis Parcel, et d’un effet change de -28 millions d’euros, la progression organique demeure soutenue, à +14,9%, due pour l’essentiel à un effet volume, qui progresse de +16,6% par rapport à la même période de l’année précédente. Au global, GeoPost a livré sur la période 850 millions de colis, porté par l’explosion du e-commerce depuis le mois d’avril dans les pays touchés par la crise sanitaire et l’essor qui en a découlé du segment BtoC (53,4% des volumes à fin juin 2020 vs 43,2% à fin juin 2019).

La majeure partie des pays voient leur chiffre d’affaires progresser (+23,2% au Royaume-Uni, +7,8% en Allemagne, +10,8% en Espagne, +35,8% au Benelux et +26,0% en Russie notamment).

Le chiffre d’affaires des Nouveaux Services Urbains est en progression organique de 9,1% (+2 millions d’euros), grâce en particulier à l’activité de Stuart.

  • La Banque Postale

Le Produit Net Bancaire (PNB) atteint 3 793 millions d’euros, en progression de +33,1% et de -0,7% hors effets périmètre et change (intégration de CNP Assurances) par rapport à fin juin 2019.

  • Le PNB du pôle Banque de Détail s’élève à 2 602 millions d’euros, en croissance de 2,2%[9] à périmètre et change constants par rapport à fin juin 2019. La marge nette d’intérêts s’élève à 1 481 millions d’euros, en croissance de 3%9. Les commissions sont en hausse de 19 millions d’euros (+1,6%) malgré l’impact du Covid-19. L’activité commerciale a enregistré un ralentissement de la production de prêts du fait de la période de confinement, particulièrement les crédits à la consommation et dans une moindre mesure les crédits immobiliers. En revanche, les encours de crédits à la clientèle progressent de +8,8%.
  • Le PNB du Pôle Gestion d’Actifs s’élève à 74 millions d’euros, stable par rapport à fin juin 2019, malgré la baisse des encours sous gestion (-2,6%), qui s’établissent à 224,1 milliards d’euros, principalement liée à un effet marché négatif, reflet de la volatilité des marchés financiers sur la période.
  • Le PNB du pôle Assurance s’élève à 1 117 millions d’euros suite à l’entrée de CNP Assurances dans le périmètre de consolidation, et à 153 millions d’euros hors cet effet. Le portefeuille de contrats assurance non vie est stable, à 4 633 millions de contrats, comprenant (à hauteur de 39%) un portefeuille de contrats IARD en progression de 2,6%.
  • La branche Numérique

Le chiffre d’affaires de la branche s’établit à 369 millions d’euros, en progression de +8,9%. Après retraitement des effets de périmètre de +67 millions d’euros relatifs aux acquisitions par Docaposte de Softeam (janvier 2020), et d’Arkhinéo et Icanopée (fin 2019), l’évolution organique est en repli de -11,0%.

  • Le chiffre d’affaires du pôle Activités commerciales, qui comprend Docaposte, Mediapost Communication et le site de e-commerce laposte.fr, s’élève à 340 millions d’euros, en baisse de 32,4 millions d’euros à périmètre et change constant (soit -10,6%), principalement du fait de l’impact de la crise sanitaire sur les activités de Docaposte (-32 millions d’euros à périmètre et change constants) fortement pénalisées par les fermetures de sites clients et par la baisse de la demande globale des entreprises. Le chiffre d’affaires de Mediapost Communication s’établit à 18 millions d’euros, soit -8,4% par rapport à fin juin 2019, suite à l’arrêt des campagnes de publicité pendant le confinement. Le site laposte.fr enregistre en revanche une progression significative de ses ventes qui atteignent 135 millions d’euros (soit +33,1%).
  • Le chiffre d’affaires du pôle Transformation et Innovation atteint 29 millions d’euros, en baisse de 14,2% sous l’effet des diminutions de projets transverses pour le compte du Groupe.
  • Le Réseau

A fin juin, le Réseau La Poste regroupe 17 027 points de contact (dont 7 708 bureaux de poste et 9 319 partenariats). Par rapport à fin juin 2019, le Réseau a réduit ses coûts d’exploitation de 2,5%. Cette réduction, intégrant les coûts de la Covid-19, bénéficie directement aux branches du Groupe au travers de la baisse de la facturation liée à leur utilisation du Réseau.

La Poste Mobile a adapté sa stratégie commerciale au contexte sanitaire, ce qui lui a permis de conquérir 225 300 clients dont 196 000 nouveaux abonnés sur le semestre. Le parc total abonnés et prépayés a progressé de 3,8% pour atteindre 1,7 million de clients.

  • Autres secteurs

Les autres secteurs et intercos comprennent l’Immobilier et les supports et structures, essentiellement internes au Groupe.

Résultat d’exploitation[10]

Le résultat d’exploitation consolidé du premier semestre 2020 s’établit à 2 588 millions d’euros, incluant 3 007 millions d’euros liés à l’incidence de l’apport des titres CNP Assurances. Hors cette incidence et effets périmètre et change, le résultat d’exploitation enregistre une diminution de – 1 661 millions d’euros, très fortement affecté par les effets de la crise sanitaire, évalués au global à -2,0 milliard d’euros.

(En millions d’euros) 30/06/2020
 
30/06/2019
 
 
Incidence de l’apport des titres de CNP Assurances
Variation vs n-1
(hors incidence apport titres CNP Assurances)
Variation vs n-1
à périmètre et change constants
  en m€ en % en m€ en %
Services-Courrier-Colis – 1 177
 
289 -1 466  ns -1 484 ns
GeoPost 351 193 +158 +81,7% +114 +59,5%
La Banque Postale 3 913 492 +3 007 +414 +84,2% -196 -39,8%
Numérique -35 -5 -30 ns -29 ns
Réseau, autres secteurs et intercos -464 -397 -67 +17,0% -67 +16,9%
RESULTAT D’EXPLOITATION 2 588 572 + 3 007 -991 ns – 1 661 ns
  • Services-Courrier-Colis : Le résultat d’exploitation s’établit à -1 177 millions d’euros, en recul marqué de 1 466 millions d’euros par rapport à fin juin 2019. Ceci s’explique par la décroissance accélérée des volumes de Courrier sous l’effet de la crise sanitaire, la constatation d’une dépréciation des actifs Courrier de -863 millions d’euros à fin juin 2020, ces deux effets ayant été partiellement atténués par des économies de charges d’exploitation. Le résultat d’exploitation du Colis progresse très légèrement (+1 million d’euros) dans un contexte de renforcement du réseau industriel pour faire face à la croissance des volumes. Enfin, celui des Filiales baisse de 24 millions d’euros (-42 millions d’euros à périmètre constant), sensiblement impacté par l’arrêt de l’imprimé publicitaire durant la période de confinement, atténué par les performances d’Asendia et d’EDE.
  • GeoPost génère un résultat d’exploitation de 351 millions d’euros en hausse de +81,7% par rapport à fin juin 2019 dans un contexte de forte accélération du e-commerce depuis avril qui met en exergue sa forte capacité d’adaptation. Après retraitement des effets périmètre et change de +44 millions d’euros, la croissance organique du résultat d’exploitation est de 114 millions d’euros soit +59,5% malgré des surcoûts liés à la gestion de la crise sanitaire.
  • La Banque Postale : La contribution de La Banque Postale au résultat d’exploitation du groupe s’élève à 3 913 millions d’euros et à 906 millions d’euros hors incidence de l’apport des titres de CNP Assurances. L’évolution hors cet effet et à périmètre et change constants est de -39,8%. Les frais de gestion augmentent de 15,8%, dont un effet périmètre de -363 millions d’euros lié à l’intégration de CNP Assurances. Hors cet effet périmètre, les frais de gestion sont quasiment stables et reflètent les efforts constants de maîtrise des charges tout en poursuivant le programme de transformation de La Banque (intégration de CNP Assurances et développement des filiales). Le coût du risque s’élève à 228 millions d’euros, intégrant un impact lié à la crise sanitaire de 141 millions d’euros. Rapporté aux encours de crédit, il se situe à 32 points de base.
  • La branche Numérique enregistre un résultat d’exploitation de -35 millions d’euros, en baisse de -30 millions d’euros. Hors effet périmètre et change (-1 million d’euros), le résultat d’exploitation des activités commerciales s’élève à -26,5 millions d’euros, en retrait de -27,1 millions d’euros) principalement sous l’effet de la crise sanitaire.
  • Autres secteurs :

Les résultats des branches sont ajoutés à ceux des autres secteurs pour obtenir le résultat consolidé du Groupe :

– Le résultat des charges non affectées (-335 millions d’euros), comprend le coût des missions d’accessibilité du service universel postal et d’aménagement du territoire et l’abattement correspondant sur la fiscalité locale, ainsi que les charges liées aux dispositifs de fin de carrière transverses au Groupe ;

– Le résultat des fonctions Supports et Services de Siège (-93 millions d’euros) ;

– Le résultat d’exploitation de l’Immobilier (+22 millions d’euros), en baisse de -35,4% par rapport à fin juin 2019, du fait d’une base de comparaison défavorable due aux reprises de provisions opérées au premier semestre 2019.

Résultat net

Le résultat net part du Groupe atteint 2 315 millions d’euros, en progression de +1 841 millions d’euros par rapport au premier semestre 2019, dont +3 600 millions d’euros induits par l’incidence de l’opération d’apport de titres de CNP Assurances (dont la composition est présentée au paragraphe « Incidences de la première comptabilisation des titres CNP Assurances »)

Hors incidence de cette opération, le résultat net part du Groupe s’élève à -1 285 millions d’euros, en diminution de -1 759 millions d’euros (et de -1 896 millions d’euros à périmètre et change constants). Cette variation s’explique par une baisse du résultat d’exploitation de -991 millions d’euros (-1 661 millions d’euros à périmètre et change constants). En outre, le semestre a enregistré une hausse de la charge d’impôts du Groupe d’un montant de 468 millions d’euros (244 millions d’euros à périmètre et change constants) intégrant la dépréciation des impôts différés actifs du périmètre intégré fiscalement de -269 millions d’euros induits par la crise sanitaire. Le résultat financier, qui représente une charge globale de -112 millions d’euros, s’allège de +12 millions d’euros par rapport au premier semestre 2019, traduisant principalement la baisse du coût de l’endettement financier net.

Free-Cash-Flow, dette nette et structure financière

Le Free Cash-Flow généré au premier semestre 2020 est de -659 millions d’euros (vs 132 millions d’euros au 30 juin 2019, soit une baisse de 791 millions). Cette évolution est essentiellement liée à une baisse du niveau des résultats, de l’absence de dividendes à recevoir de La Banque Postale (soit un écart défavorable de 327 millions d’euros) et d’une hausse de 77 millions d’euros des charges de provision RH (hors dispositifs de fin de carrière), consécutive notamment à une augmentation de la provision pour allocation chômage, La Poste étant son propre assureur chômage.

La dette nette s’élève à 8 493 millions d’euros à fin juin 2020, en augmentation de 2 031 millions d’euros, dont 3 254 millions d’euros de passifs de location. La progression est fortement corrélée au solde net des flux liés à la croissance externe et aux actifs financiers (-667 millions d’euros) et à la variation des dettes de location financement en hausse de 629 millions d’euros en lien avec la croissance externe, et au free cash-flow consommé.

Les capitaux propres consolidés part du Groupe s’élèvent à 17 620 millions d’euros, en variation de +7 034 millions d’euros sous l’effet de l’opération d’apport des titres de CNP Assurances, résultant :

  • d’une augmentation de capital de 4 027 millions d’euros (capital social et primes d’émission pour 1 968 millions d’euros et réserves pour 2 059 millions d’euros),
  • d’un produit de 3 007 millions d’euros (net des résultats latents sur instruments financiers et écart de conversion).

En conséquence, le ratio dette nette/capitaux propres s’établit à 0,48 (vs 0,51 au 31/12/2019).

Notation

Au cours du premier semestre :

  • Standard & Poor’s a confirmé sa notation mais révisé la perspective de positive à stable pour refléter le contexte de pandémie de Covid-19.
  • Fitch Ratings a révisé la perspective de stable à négative, et ce suite à une action similaire sur l’État français le 15 mai 2020.
  Notation long et court terme Perspective Date de mise à jour
Standard & Poor’s A / A-1 Stable 27/03/2020
Fitch Ratings A+ / F1+ Négative 22/05/2020

Perspectives 2020

Le Groupe a traversé au cours du premier semestre une crise sanitaire sans précédent. Le deuxième semestre devrait permettre de retrouver le niveau nominal d’activité des différentes branches, dans un contexte qui reste toutefois soumis aux aléas d’éventuelles nouvelles vagues virales, couplés à un contexte macro-économique toujours adverse.

Afin d’atténuer durablement les impacts de cette crise, le Groupe a prévu la mise en place d’un plan d’économies ambitieux et s’attachera à répondre aux enjeux de l’équilibre du service universel postal dans la durée.

Par ailleurs, Le Groupe poursuivra le rapprochement entre la Caisse des Dépôts et La Poste, et entre La Banque Postale et CNP Assurances, ainsi que l’intégration des sociétés récemment acquises (BRT, EDE et Softeam).

Le second semestre 2020 sera celui de la construction avec l’ensemble des parties prenantes du nouveau plan stratégique « La Poste 2030 ».

Annexes

Focus : La Poste pendant la crise

La mobilisation des postières et des postiers a permis à La Poste de distribuer 860 millions de lettres et 80 millions de colis pendant les huit semaines de confinement soit plus que sa part de marché habituelle. La Poste a également accueilli pendant les 2 mois de confinement, comme chaque mois, plus d’un 1,5 million de clients allocataires des prestations sociales dans ses bureaux de poste sur tout le territoire. La Banque Postale s’est mobilisée dès le début de la crise pour accompagner tous ses clients particuliers, entreprises et acteurs du secteur public local.

Au-delà de son activité traditionnelle, et afin d’accompagner les populations les plus fragiles La Poste a maintenu le portage de repas et de médicaments 6 jours sur 7 et a rendu gratuit son service de lien social « Veiller sur mes parents » pour rompre l’isolement des aînés. La Poste a également mis à disposition gratuitement la plateforme de vente en ligne « Ma Ville Mon Shopping » afin de permettre aux commerçants et artisans de continuer leur activité à distance.

Avec l’Education Nationale, La Poste s’est mobilisée pour maintenir la continuité pédagogique avec la distribution de matériels informatiques et, avec sa filiale numérique Docaposte, l’envoi des devoirs par courrier postal aux élèves en situation de déconnexion numérique en permettant aux enseignants de les corriger en ligne. 500 000 élèves déconnectés du système scolaire ont pu en bénéficier.

Docaposte a également mis à profit son expertise numérique pour le lancement de MaladieCoronavirus.fr, le site d’information et d’orientation des personnes présentant les symptômes du Covid-19. Avec plus de 10 millions d’utilisateurs, MaladieCoronavirus.fr est la web application e-santé la plus utilisée en France. Elle a permis de réduire par 8 la pression sur le numéro d’appels d’urgence.

La Poste a également été là pour préparer le déconfinement, deux nouveaux services ont été lancés pour accompagner ceux qui doivent continuer à rester chez eux : la collecte de courrier à envoyer depuis le domicile des personnes isolées et l’envoi de lettre recommandée depuis sa boîte aux lettres personnelle, sans sortir de chez soi, l’expédition en boîte à lettres a été développée également. 

Pour les petites entreprises et les professionnels , elle a mis en œuvre la plateforme de commercialisation et de distribution de 10 millions de masques « grand public » lancé par le ministère de l’Economie et des Finances avec l’appui de CCI France et CMA France pour un dispositif complet comprenant l’achat et le paiement en ligne, la préparation des commandes et la livraison sur site. Enfin, La Poste distribue également, à la demande du Ministère des solidarités et de la santé 50 millions de masques aux populations disposant de revenus modestes.

Entreprise des territoires, La Poste s’est mobilisée dans des conditions difficiles pour assurer la continuité du service public tout en protégeant la santé des postiers et de ses clients. 

Définition des indicateurs alternatifs de performance

Evolution à périmètre et change constants (évolution organique) : L’évolution à périmètre et changes constants résulte de la différence entre le résultat obtenu au cours de la période et celui d’une période comparative, après avoir retraité l’incidence des acquisitions et cessions survenues entre temps sur chacune des périodes. Les périodes comparées sont ainsi retraitées à périmètres de consolidation identiques. Les transactions en devises de la période comparative ont été valorisées au taux moyen de la période de référence.

Free cash-flow : Il est constitué des éléments suivants : (i) EBITDA ajusté, composé de l’ensemble des produits opérationnels du périmètre hors La Banque Postale, duquel sont retranchées les charges de fonctionnement et charges de personnel, hors dotations aux dispositifs de fin de carrière (de ce même périmètre hors La Banque Postale), complété par les dividendes reçus des sociétés mises en équivalence et dividendes reçus de La Banque Postale au cours de la période au titre des résultats de l’année précédente, (ii) variation du besoin en fonds de roulement, (iii) flux de trésorerie sur achats d’actifs corporels et incorporels nets des cessions d’actifs correspondantes, (iv) flux de trésorerie liés aux impôts (intégrant les flux sur CICE imputé et généré, (v) intérêts financiers nets versés, (vi) remboursements des passifs de location et charges d’intérêts sur passifs de location. Chacun des agrégats du free cash-flow est additionné pour sa valeur en termes de flux de trésorerie (positif pour les entrées de cash et négatif pour les sorties de cash).

Dette nette : L’endettement financier net comprend l’ensemble des dettes financières courantes et non courantes diminué de la trésorerie et des équivalents de trésorerie ainsi que des instruments dérivés liés au financement du Groupe. Il comprend également la dette financière née de l’application de la norme IFRS 16 portant sur les contrats de location, les placements financiers court-terme sans risque de changement de valeur significatif mais dont l’échéance à la date de souscription est supérieure à trois mois à l’origine et la créance financière nette envers La Banque Postale.

La dette nette du Groupe ne prend pas en compte La Banque Postale pour laquelle ce concept n’est pas pertinent.

Coefficient d’exploitation : Le coefficient d’exploitation se calcule en divisant les frais de gestion par le produit net bancaire corrigé des intérêts douteux. Les frais de gestion représentent la somme des charges générales d’exploitation et des dotations nettes aux amortissements et dépréciations des immobilisations corporelles et incorporelles.

Ce ratio n’est calculé que pour La Banque Postale.

Ratio Common Equity Tier 1 : Ce ratio est le fruit du calcul des Fonds propres de base de catégorie 1 (CET 1) rapportés au montant total d’exposition au risque (i.e. au total des actifs pondérés par les risques – RWA – au titre du risque de crédit et de contrepartie, risque de marché et risque opérationnel).

Le ratio CET1 est la référence permettant au superviseur d’apprécier la solvabilité d’un établissement bancaire.

Ce ratio n’est calculé que pour La Banque Postale.

Ratio Liquidity Coverage Ratio (LCR) : Le LCR est un ratio mensuel de liquidité à court terme qui mesure la capacité de la banque à résister pendant 30 jours à une dégradation sévère de sa situation dans un contexte de choc systémique. En cible il doit être supérieur à 100%. Ce ratio est calculé en divisant la somme des actifs liquides de qualité et libres de tout engagement par le besoin de liquidités sous stress à horizon de 30 jours.

Ce ratio n’est calculé que pour La Banque Postale.

Ratio Dette nette/Capitaux propres : Le ratio Dette nette/capitaux propres est obtenu en rapportant la dette nette aux capitaux propres part du Groupe.

——————–

Le rapport financier semestriel du Groupe La Poste est mis en ligne ce jour sur le site https://www.groupelaposte.com / nos informations financières / publications

A propos du Groupe La Poste

La Poste est une société anonyme à capitaux publics, filiale de la Caisse des dépôts et de l’Etat. Le groupe La Poste est organisé en cinq branches : Services-Courrier-Colis, La Banque Postale, Réseau La Poste, GeoPost, Numérique. Le Groupe est présent dans 47 pays sur 4 continents. Chaque jour, les 17 000 points de contact de La Poste, 1er réseau commercial de proximité de France, accueillent 1,3 million de clients. La Poste, neutre en carbone depuis 2012, distribue 21,6 milliards d’objets par an dans le monde (lettres, imprimés publicitaires et colis), 6 jours par semaine. En 2019, le Groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 26 milliards d’euros, dont 30% à l’international, et emploie plus de 249 000 collaborateurs. La Poste s’est donné pour objectif d’accélérer sa transformation en continuant à se diversifier. Avec pour ambition de devenir la première entreprise de services de proximité humaine, pour tous, partout et tous les jours, La Poste s’engage à simplifier la vie. 

CONTACT PRESSE

Virginie Gueidier ( : (+33)1 55 44 22 37 – virginie.gueidier@laposte.fr

CONTACT INVESTISSEURS

Yasmina Galle – ( : (+33)1 55 44 17 02 – yasmina.galle@laposte.fr


[1] Par convention, dans l’ensemble du communiqué de presse, le terme chiffre d’affaires désigne l’ensemble des produits opérationnels du Groupe, se composant du chiffre d’affaires des activités industrielles et commerciales, du produit net bancaire de La Banque Postale intégrant lui-même le produit net des assurances de CNP Assurances.

[2] Après quote-part du résultat net des sociétés sous contrôle conjoint.

[3] Les effets de la première comptabilisation des titres CNP Assurances sont présentés dans le paragraphe « Incidences de la première comptabilisation des titres CNP Assurances » en page 3.

[4] Définitions présentées dans le paragraphe “indicateurs alternatifs de performance » en annexe du communiqué de presse

[5] Voir page 12 « La Poste pendant la crise ».

[6] Définition présentée dans le paragraphe « indicateurs alternatifs de performance » en annexe du communiqué de presse.

[7] Viapost Logistic Connectée cédée à 100% fin novembre 2019 (CA 2019 : 70 m€).

[8] A jours ouvrés équivalents.

[9] Retraitée de la provision Epargne Logement

[10] Les résultats d’exploitation (Groupe et branches) sont présentés après quote-part du résultat net des sociétés sous contrôle conjoint dans l’ensemble de ce communiqué.

Etidia est un site destiné à vous donner des idées d’investissements ou de trading.
• vous en avez assez des recommandations moutonnières des grands analystes ?
• vous souhaitez investir à votre manière: court terme, long terme, risqué ou prudent ?
• des idées indépendantes des flux d’information ?
• vous voulez des positions profitables ( pas de gains de 0.5 %…) ?
• vous ne voulez pas passer des heures à faire de l’analyse technique avec des graphiques surchargés ?
• vous en avez assez des formations, des livres ?
Etidia, ce sont des positions et des stratégies.
Etidia, ce sont des idées partagées sur le site : www.etidia.com
Etidia, sur Twitter, tweets et retweet pour vivre le marché.
Etidia, c’est la météo des marchés sur Youtube pour une émission hebdo.
Etidia, c’est une méthode simple
Etidia, c’est plusieurs indicateurs sous l’environnement Genesis©, motorisé par Tradingview.

Ces idées sont émises par des passionnés de bourse non professionnels. Nous vous recommandons de compléter nos analyses par des conseillers financiers professionnels.

Laisser un commentaire