Washington prolonge de 90 jours les exemptions accordées à Huawei

© Reuters. WASHINGTON PROLONGE DE 90 JOURS LES EXEMPTIONS ACCORDÉES À HUAWEI

WASHINGTON (Reuters) – Le gouvernement américain a prolongé les exemptions accordées au géant chinois des télécoms Huawei, lui permettant d’acheter auprès d’entreprises américaines le matériel indispensable pour continuer à fournir ses clients, a déclaré lundi le secrétaire américain au Commerce.

Wilbur Ross a toutefois annoncé l’ajout de 46 de ses filiales sur une liste noire.

Le département du Commerce a annoncé dans un communiqué que l’autorisation temporaire, qui devait expirer ce lundi, était prolongée de 90 jours, jusqu’au 18 novembre, “afin de donner aux consommateurs américains le temps nécessaire pour s’éloigner des produits Huawei, étant donné la menace persistante pour la sécurité nationale et la politique étrangère.”

“Alors que nous continuons d’encourager les consommateurs à abandonner les produits Huawei, nous reconnaissons qu’il faut plus de temps pour éviter des perturbations”, déclare Wilbur Ross le communiqué, confirmant ainsi les informations Reuters publiées samedi.

Le secrétaire au Commerce a par ailleurs annoncé l’ajout de 46 filiales de Huawei sur une liste noire appelée “Liste des entités”, les contraignant à demander une dérogation pour acheter des pièces et des composants électroniques aux firmes américaines, ce qui porte à plus de 100 le nombre des filiales concernées par ses restrictions.

La liste comprend des filiales de Huawei présentes en Argentine, Australie, Biélorussie, Chine, Costa Rica, France, Inde, Italie, Mexique et dans de nombreux autres pays.

Le secrétaire américain au Commerce a expliqué que le sursis accordé à Huawei visait à aider les clients américains, en particulier dans les zones rurales des Etats-Unis.

“Nous leur donnons un peu plus de temps pour se sevrer”, a précisé Wilbur Ross plus tôt à Fox Business Network.

A la question de savoir ce qu’il adviendra en novembre pour les entreprises américaines, Wilbur Ross a fait savoir que “tout le monde a reçu plusieurs avertissements, il y a eu de nombreuses discussions avec le président.”

Huawei n’a pas souhaité faire de commentaire dans l’immédiat.

En mai dernier, l’administration américaine est revenue sur une partie des restrictions imposées au géant chinois, quelques jours après la signature d’un décret interdisant aux entreprises américaines d’utiliser du matériel de télécommunications fabriqué par des sociétés présentant un risque pour la sécurité nationale, une mesure visant particulièrement Huawei.

De nombreux fournisseurs américains de Huawei ont demandé des licences spéciales les autorisant à vendre leurs produits à la firme chinoise. Wilbur Ross a déclaré aux journalistes fin juillet qu’il avait reçu une cinquantaine de demandes et qu’il s’attendait à en recevoir davantage.

Sur les 70 milliards de dollars dépensés par Huawei en 2018 pour l’achat de composants, environ 11 milliards de dollars sont revenus à des sociétés américaines, dont Qualcomm (NASDAQ:), Intel (NASDAQ:) et Micron (NASDAQ:) Technology.

(David Shepardson et Karen Freifeld, Laetitia Volga pour le service français, édité par Jean-Philippe)

Laisser un commentaire