Top 5 des évènements clés à retenir sur les marchés ce mardi

© Reuters.

Investing.com – Voici le top 5 des évènements potentiellement influents sur les marchés financiers le mardi 10 septembre.

1. Sombres données économiques en Asie et en Europe

Le risque que la Chine exporte la déflation vers le reste du monde est à la hausse. Les chiffres publiés durant la nuit ont montré que les prix à la production chinois ont chuté à leur rythme le plus rapide en trois ans en août, soulignant les problèmes rencontrés par un secteur manufacturier largement tributaire de l’accès au marché américain.

En outre, le Japon a déclaré que les commandes aux fabricants de machines-outils avaient chuté de 37% sur l’année, leur plus faible niveau depuis 2009, ce qui témoigne également de la manière dont l’incertitude qui règne autour du commerce et du Brexit pèse sur les investissements commerciaux. Les données de production industrielle françaises et italiennes pour juillet, publiées précédemment, étaient également en deçà des prévisions.

Le Bureau of Labor Statistics publiera son enquête JOLTS sur l’ouverture des emplois en juillet, qui apportera un éclairage supplémentaire sur un marché du travail qui semblait manquer de main-d’œuvre dans le rapport officiel du gouvernement pour août de la semaine dernière.

2. Wall Street devrait ouvrir en baisse

Wall Street est prête pour une ouverture inférieure après que les données largement moroses de l’Asie et de l’Europe aient rappelé aux marchés que le ralentissement mondial est encore très présent.

A 12h00, les contrats à terme sur Dow ont perdu 39 points, soit 0,1%, tandis que les contrats à terme ont perdu 0,2%. Les ont également reculé de 0,2%, dans un contexte de surveillance accrue par la réglementation américaine de Google (NASDAQ:) et de Facebook (NASDAQ:).

Cependant, les actifs refuges ne se portent pas mieux. Les obligations et l’or reculent légèrement, après les rebonds explosifs de ces dernières semaines. Le rendement des Bons du Trésor à 30 ans était de 2,11%, tandis que les contrats à terme sur l’or ont cédé du terrain pour un quatrième jour de suite, à 1 502,65$ l’once.

Citigroup (NYSE:) et d’autres sociétés financières seront au centre des préoccupations après que la société a annoncé lundi qu’elle tablait sur une baisse des revenus de trading au troisième trimestre.

3. L’IPO de WeWork menacée; Aramco avance

L’une des plus importantes introductions en bourse de l’année pourrait être sur le point d’être annulée. The We Company, société mère du fournisseur d’espaces de bureaux déficitaires WeWork, subit les pressions de Softbank (T:), son plus important bailleur de fonds externe, pour remettre à plus tard une offre publique initiale censée avoir lieu ce mois-ci.

Des rapports ont indiqué que le marketing pour l’introduction en bourse était censé débuter cette semaine, mais que des problèmes d’évaluation et de gouvernance l’avait retardé.

Cependant, une autre offre très attendue semble avoir fait un pas de plus en avant après que le directeur général de Saudi Aramco, Amin Nasser, ait déclaré lors d’une conférence que les banques pour diriger l’offre seraient bientôt choisies. La mauvaise nouvelle pour les investisseurs américains est qu’Aramco, la société la plus rentable au monde, doit être répertoriée uniquement à Riyad dans un premier temps, puis sur une liste étrangère – principalement à Tokyo – à une date ultérieure non précisée.

4. La Chambre des Communes déjoue les plans de Boris Johnson

La livre sterling a consolidé les gains récemment enregistrés après que la Chambre des Communes britannique a contrecarré le projet du Premier ministre Boris Johnson de tenir des élections générales avant le départ prévu du pays de l’UE le 31 octobre.

La défaite – la sixième au Parlement de Johnson en un peu plus d’une semaine – réduit encore les chances d’un Brexit désordonné à l’automne, bien que le mécontentement populaire suscité par les manœuvres ésotériques au Parlement signifie que Johnson pourrait encore sortir vainqueur d’une élection lorsqu’elle aura finalement lieu.

Le projet de loi dirigé par l’opposition, obligeant Johnson à demander à l’UE une prolongation du délai du Brexit, est entré en vigueur lundi. Les données publiées plus tôt montraient que le marché du travail britannique résistait étonnamment bien, suggérant que le Royaume-Uni éviterait d’entrer en récession au troisième trimestre.

5. PG&E propose un plan de réorganisation

PG&E, un service public basé en Californie, a présenté un plan visant à régler des milliards de dollars de réclamations liées aux incendies de forêt, à sortir de la faillite l’année prochaine et à échapper à ses créanciers.

La proposition préliminaire envisage de mobiliser des milliards de dollars de dettes et de fonds propres pour couvrir les dommages causés par le feu et sortir du tribunal de la faillite d’ici juin 2020, selon le Wall Street Journal. Cependant, les responsabilités de PG&E liées aux années de licenciement restent incertaines et la société n’a pas encore décidé comment elle collecterait les fonds, le WSJ, citant des documents déposés devant le tribunal compétent.

Laisser un commentaire