Pétrole: Le brut à 100$ le baril en cas de riposte contre l’Iran ?

© Reuters.

Investing.com – Les capacités des Etats-Unis en tant que producteur et exportateur de ont aidé à limiter la flambée des prix du brut à la suite des attaques contre les installations pétrolières de l’Arabie saoudite, mais a plus long terme, les prix pourraient monter en flèche, en fonction de la durée des réparation, et surtout de la possibilité que ce dossier dégénère en conflit militaire avec L’Iran.

L’attaque du week-end dernier contre l’usine de traitement d’Abqaiq de Saudi Aramco et une autre usine ont retiré du marché un volume de de 5,7 millions de barils par jour de production saoudienne. Cela représente 5 % de la production mondiale et environ la moitié de la production saoudienne, mais l’Arabie saoudite dispose de ressources suffisantes pour maintenir son niveau actuel d’exportation pendant environ un mois.

Les prix du pétrole ont d’abord grimpé de près de 20 % dimanche soir, mais ils ont ensuite réduit leur progression lundi aux États-Unis, affichant tout de même leur plus forte hausse en une journée depuis février 2016.

“Ce que le marché évalue, c’est la prime de risque géopolitique. Quelque chose comme ça ne s’est jamais produit auparavant. Il y a eu des tentatives, mais elles ont été déjouées “, a déclaré Amarpreet Singh, analyste chez Barclays (LON:). “Une telle chose ne s’est jamais produite en Arabie Saoudite, même pendant la guerre du Golfe.”

Les rebelles Houthi, alliés de l’Iran, ont revendiqué l’attentat, mais le secrétaire d’État Mike Pompeo a déclaré que l’Iran était responsable, ce qu’a également affirmé Donald Trump hier.

En effet, le ministère des Affaires étrangères de l’Arabie saoudite a déclaré qu’une enquête sur l’incident a révélé que des armes iraniennes ont été utilisées dans l’attaque.

Trump a cependant affirmé aux journalistes qu’il n’était pas pressé de répondre aux attaques contre les installations pétrolières saoudiennes, assurant ne vouloir faire la guerre à personne.

Toutefois, Trump pourrait finir pas ne pas avoir le choix.

“Plus nous prenons connaissance de la part de Washington et de Riyad d’informations impliquant les Iraniens dans cette attaque, plus il y aura de pression pour que Washington joigne l’action à la parole”, a déclaré Helima Croft, de RBC Capital Markets. “C’est l’une des installations énergétiques les plus importantes au monde sur le plan stratégique. Si vous ne faites rien, êtes-vous essentiellement en train d’autoriser d’autres attaques ? A quel moment avez-vous besoin de faire preuve de dissuasion ?”

De leur côté, les analystes de Goldman Sachs (NYSE:) ont déclaré qu’une panne plus longue que prévue pourrait entraîner une forte hausse des prix du brut. Par exemple, si le niveau actuel de production restait bas pendant plus de six semaines, il pourrait y avoir une reprise rapide du à 75 dollars le baril, ont-ils spécifié dans une note d’analyse.

Mais le pétrole pourrait aller encore plus haut, en cas d’autres attaques ou en cas de réponse militaire de l’Arabie saoudite ou des États-Unis . “Si cela dégénère en un conflit armé ouvert, vous risquez de vous retrouver avec un pétrole à 100 $ “, a déclaré John Kilduff de Again Capital.

Pour l’instant, “on n’a pas l’impression qu’il y ait une ruée vers la guerre, aussi spectaculaire que cette attaque ait été”, a toutefois précisé Kilduff.

Les prochaines journées, et l’issue des enquêtes ouvertes au sujet des attaques du weekend dernier pourraient donc se révéler déterminants pour les prix du pétrole à moyen terme, en augmentant ou réduisant la probabilité d’un conflit armé contre l’Iran.

Laisser un commentaire