Les actions européennes repartent à la baisse, la conjoncture inquiète


par Laetitia Volga

PARIS (Reuters) – Les principales Bourses européennes ont ouvert en baisse mercredi, les craintes sur la croissance économique prenant le pas sur les avancées commerciales après des statistiques décevantes en Allemagne et en Chine.

À Paris, l’indice recule de 0,32% à 5.345,77 points vers 08h00 GMT. À Francfort, le cède 0,3% et à Londres, le est quasiment stable (+0,02%).

L’indice EuroStoxx 50 de la zone euro abandonne 0,29%, le 0,14% et le 0,18%.

Les Bourses européennes avaient terminé mardi en nette hausse après l’annonce par l’administration Trump d’un report de trois mois, de septembre à décembre, du relèvement des droits de douane sur certains produits chinois.

Ce retour soudain de l’appétit pour les actifs risqués aura donc été de courte durée, les inquiétudes sur la croissance économique revenant au premier plan avec l’annonce d’une contraction de l’économie allemande au deuxième trimestre..

Autre donnée macroéconomique peu encourageante, la croissance de la production industrielle chinoise a ralenti plus qu’attendu en juillet, à un plus bas de plus de 17 ans, soulignant les difficultés croissantes de l’économie chinoise sur fond de tensions commerciales avec les Etats-Unis.

Le marché prendra connaissance à 09h00 GMT des premiers chiffres du produit intérieur brut (PIB) du deuxième trimestre dans l’ensemble de la zone euro. La croissance est attendue à 0,2%.

VALEURS

Après avoir profité mardi des annonces américaines sur le commerce, les secteurs de l’automobile (-1,01%), des ressources de base (-0,7%) ou encore du pétrole (-0,56%) repartent à la baisse.

TechnipFMC et ArcelorMittal perdent respectivement 2,3% et 3,37% après avoir signé la veille les deux plus fortes hausses du CAC.

Le Footsie se maintient à l’équilibre grâce notamment à l’assureur automobile Admiral Group (LON:) (+4,13%), qui a dégagé un bénéfice supérieur aux attentes au premier semestre, et à AstraZeneca, premier contributeur à la hausse de l’indice avec un gain de 0,55%, après une étude clinique concluante pour l’anticancéreux Lynparza.

A Paris, Sanofi (PA:) (+1,9%) et Danone (+1,67%) affichent les meilleures performances du CAC 40 grâce à des relèvements de recommandation, d’UBS et Exane BNP Paribas (PA:) respectivement.

EN ASIE

La tendance asiatique est à son tour portée par un regain d’espoir sur le front commercial. La Bourse de Tokyo a gagné 0,98%, sa plus forte progression depuis un mois, les secteurs des semi-conducteurs et les fournisseurs d’Apple (NASDAQ:) en tête.

L’indice CSI 300 des grandes capitalisations de Chine continentale a progressé de 0,5%.

A WALL STREET

Le Jones a fini mardi sur un gain de 1,44%. L’optimisme sur le front commercial a profité aux poids lourds industriels de l’indice comme Caterpillar (NYSE:) (+2%) et 3M (NYSE:) (+1,7%), mais Boeing (NYSE:) BA.N (-0,02%) est resté à l’écart, pénalisé par l’annonce d’une baisse de ses livraisons sur les sept premiers mois de l’année.

Le S&P-500 a regagné 1,48% et le s’est adjugé de son côté 1,95%, soutenu par un rebond des valeurs technologiques, notamment Apple qui a repris plus de 4,2%.

Le rendement du Bund à 10 ans évolue proche d’un plus bas record touché en tout début de séance à -0,624% en réaction à l’annonce de la contraction du PIB allemand au deuxième trimestre.

Le rendement des Treasuries à 10 ans perd environ trois points de base, autour de 1,65%, après avoir gagné près de six points de base la veille avec le retour de l’appétit pour le risque.

CHANGES

Le yen repart à la hausse en réaction au ralentissement plus fort que prévu de la production industrielle chinoise. La devise nippone reprend 0,3% face au dollar, après avoir abandonné mardi 1,4% – son plus fort repli en une séance depuis mars 2018 – grâce aux concessions américaines à la Chine.

Face un panier de devises internationales, le dollar est quasiment inchangé et dans le même temps, l’euro est stable autour de 1,1180.

La livre est également stable face au dollar et à l’euro, les cambistes restant prudents avant les chiffres de l’inflation britannique de juillet à 08h30 GMT.

PÉTROLE

Les cours du pétrole repartent à la baisse, pénalisés par l’annonce d’une augmentation inattendue des stocks américains de brut et par le ralentissement de la production industrielle en Chine. Ils effacent ainsi une partie des gains enregistrés mardi à la suite des signes d’accalmie sur le front commercial.

Le contrat septembre sur le brut léger américain perd 1,38% à 56,31 dollars le baril, contre un pic à 57,47 mardi. Le de mer du Nord cède 1,01%, reculant à 60,68 dollars, après avoir pris environ 4,7% la veille.

(Édité par Marc Angrand)

Laisser un commentaire