Et si la BCE distribuait de l’argent directement aux consommateurs ?

© Reuters.

Investing.com – Alors qu’il est clair que la politique monétaire ultra souple de la BCE depuis la dernière crise financière a eu un impact pour le moins mitigé dans son objectif de doper l’économie et l’inflation, voilà que la banque centrale est sur le point d’assouplir à nouveau sa politique monétaire ce jeudi, dans l’espoir de soutenir une économie qui menace de sombrer dans la récession.

Cependant, rien ne laisse penser que les politiques et les outils qui ont eu des résultats décevants ces dernières années ont des chances d’avoir des effets positifs significatifs sur l’économie cette fois. En d’autres termes, il y a de bonnes raisons de douter que la BCE puisse efficacement soutenir l’économie avec les outils traditionnels que sont les baisses de taux et les QE.

Dans ce contexte, le sujet de l’Helicopter Money revient sur la table dernièrement.

Distribuer de l’argent directement aux consommateurs

Ce concept envisage que la BCE, au lieu de soutenir l’économie via des baisses de taux ou des achats d’actifs (qui au final profitent surtout aux banques), donne de l’argent directement aux européens, afin de stimuler la consommation et de faire remonter l’inflation.

Dans un article paru récemment dans le journal Les Echos, l’économiste Daniel Cohen propose à ce sujet un versement de “1.000 euros à chaque citoyen le jour de Noël” par la BCE.

Moritz Kraemer, chef économiste de Acreditus, a affiché le même avis cette semaine également, dans le journal Financial Times :

“En dépit de la reprise économique et de la politique monétaire hyper-accommodante mise en place depuis 2015, l’investissement de la zone euro a été inférieur à ses niveaux historiques. Plutôt que d’essayer encore une fois de tirer sur le levier des taux d’intérêt, le moment est venu de faire sortir les hélicoptères du hangar.”

Côté chiffres, il propose un virement mensuel de l’ordre de 200 euros, jusqu’à ce que l’inflation remonte à 2%, ce qui devrait intervenir en 2023 selon ses calculs.

Christine Lagarde semble être une candidate idéale pour se lancer dans cette opération

Si la BCE finit par recourir à l’Helicopter Money pour contrer la crise qui semble se préparer, cela pourrait intervenir sous la présidence de Christine Lagarde, qui remplacera Mario Draghi à la tête de la Banque Centrale fin octobre.

Philipp Hildebrand, le vice-président de BlackRock (NYSE:), l’un des plus gros fonds de gestion du monde, a d’ailleurs qualifié l’actuelle directrice générale du FMI de “candidate idéale” pour se lancer dans une telle révolution.

On relèvera également les récentes informations du journal allemand Der Spiegel, selon lesquelles le think thank Bruegel, dirigé par Jean-Claude Trichet, qui avait précéde Mario Draghi à la tête de la BCE, aurait conseillé à Christine Lagarde de réfléchir sérieusement à cette possibilité lorsqu’elle dirigera la banque centrale…

L’Allemagne pourrait être réticente, et l’efficacité n’est pas garantie

L’Allemagne, connu pour sa rigueur financière, devrait cependant s’opposer par principe à une telle décision de la BCE, sachant que le pays avait déjà exprimé une vive opposition lors du programme d’achats d’actifs de la BCE, qu’il considérait comme du financement de l’économie.

D’un autre côté, il faut reconnaitre que la rigueur allemande faiblit dernièrement, à mesure qu’Angela Merkel perd du pouvoir au profit de la gauche, et il n’est pas exclu que la position du pays évolue, alors que Berlin a déjà envisagé de revenir en arrière sur son engagement à ne pas s’endetter, notamment pour financer une transition écologique.

Enfin, on soulignera qu’il existe un risque qu’une opération d’Helicopter Money soit finalement tout à fait inefficace, dans le cas où les ménages, conscients qu’il s’agit d’une mesure desespérée pour sauver une économie au bord du gouffre, préfèrent finalement jouer la sécurité et épargner l’argent offert par la BCE au lieu de le dépenser…

Laisser un commentaire